PETITION POUR UN LEADER DEMOCRATIQUE TUNISIEN

26 mars 2006

liste des premiers signataires

Wanessa El Amri , Adel WASSEF, Sindabad El Bahri,Antoine Beauger,Ali Noubli , Nasser ferchichi ,Nasser Hamammi ,  Hamouda nasraoui , Isabelle fenes , Perez josiane , lubo dankic , René paillard , Prosper n’zegi , Alain paillard , Reine deprés , Bernadette Deprés , Anette pacaud , Christian noel , Amina sassi , Souraya ben lamine , Salah ferchiou , Inés torjmane , Zohra ben salah , Imed trabelsi,Farhat slama , Monia slama , Néjib slama , Hani mongi ,Créfi Hamza, Chérif Mériem , Chabbi Mahrez ,Héni Bilel , Anna Arari ,Sonia Chabbi , Maha Derbali , Nouha Tozri , Meher Gafsi , Sayah tarek , Bruno Lebrun , Nina lebrun , Anette le brun , Jean khan , Alain journo , Félix bentesti , René rigobet , Marianne hergé , José depuis , Mirza lalloum , Hédi sifrioui , Amna sifrioui , Rejeb ben ali , Nadine alliot-marie , Sihem kotbi , Nourredine ben ait-ahmed , Fraj bourguiba , Hélene pissarelo , Piree moulin , Cédric van pethegen , Caillet pascal , Caillet jean Pierre ,didier clément , Rose clément , Caillet natacha , Pierre clamamus , Ondine clamamus , Ginette delanoé ,Fillipi josée , Gutermann hervé , Perez pascal , Rim chahid , Naceur chahid , Maryem chahid , Pastor paul , Pastor Iréne , Salah chaabane , moncef ibn montasser , Haim stern , Hamid ben ottman ,Najet fatthallah , Mourad fatthallal , Abderrahman , NAJMI Najim , hicham soufiane , ZIANI Noria , ziani fatiha , Myriam BEN YOUNES , IMED HARBAOUI , hakima magada , AIT BEL ABDER , Abdeljalil AIT ABBOU , Samia ABARA , Rédouane Zaaraoui , Nuri ALIRKILICARSLAN , BAGHDADLI SIDI MOHAMED , Abdelmalek SALHI , BEN ABDERRAZAK NORDINE , GUETARNI HAID , Yahya LAKHEL , Marina Voyatzakis , Jean Christophe MONTAGNÉ , Noureddine TOUMI , Abdelaziz Bouchamma , Raùl Mora , Luan SALJA , Sid-Ahmed NOUAR , Abdeljawad HOUAOUI , MANSOUR KARIM , florence giovannangeli , Hanane Deliouah , mimoun cherroud , Mohammed DOGHMI , Ayachiya SENOUSSI , boulahia oualid , imane Mokhtari Mohamed , FONTENOY SANDRA, Robert Khiter , Zaghouli fouad , Ramdani Sabri , samir sebbat , Mehdi Sylvain , aamri housnua , BIZOT Jean , ASSABBAN HASSAN , CUNY Cyril ,  BAKOURI , Dr BAKCAN Ahmed , hida rachid , Alolaiwy Hussam , Douay Capucine , Mokrane lakhdar , Mekersi Ycheme , ismaili hicham , Mazouz Faysal , DAMERDJI Nazim , Farouk EL HAOUZI , MAHDI Ryad , TOUMI Enis , Dr Ali Belarouci ,Hathroubi Nadia , AMEL KALLI , sy aminata , mohamed necib, Adel ZAÏDI , sherazade meftah , Moustapha Rial , b. aziz , BERKA MEHDI , NAKACH Mohamed , KRIBECHE Rédha , Vakanas Guillaume , MEZIANE Fath Allah , BELAMOUR Rachida , Smaili Karim , ZAIM SAID , saidi dalila , Youssef Fakir , azzi fatiha , steve chabret ,  Demmane sabri , DAOUI SAID , Biju, Mohsen dridi , Naïma Torjman.

NOUVELLES SIGNATURES DU 30 MARS 2006:

-----------------------------------------

 

kurt cobain, mm mzz" doublemz@yahoo.f,Salem Khalifa LEONI Tunisie SA (LTN) Arbeitsvorbereitung AVserienbeutreuer SL-Klasse & SLRZone Industrielle Messadine 4000 - Sousse / Tunesien
Telefon +216 73 323 820 DW 2289

Telefax +216 73 323 215 / 284 577

Mobil +216 97 953 642,Mongi Meddeb Ingénieur Ben haj miled.

"hajer rahmani"

Abdelkrim Haj Frej 
Faculté de Médecine de Sousse
Médecine Communautaire
4000 Sousse Tunisie. 

El hanni néjib -inspecteur des impôts

Pacaud mireille -ingénieur

El hanni nabiha - styliste

El hanni Assia -enseignante

Trabelsi chihab - commerçant

Berrachid Mongi -Dentiste

Slama siham _ photographe

Nebli marouan - étudiant

Slama choukri –étudiant 

Meziane Ahmed , Tissaoui Rachida ,  Naïfer Karim , Fehri SAID , saidi Mongia , Youssef rouhani , azzi Tounsi , Demmane Tareki , Daouadi Mourad , Ben romdane fettah , Nasser Gourmi , Ben M'Henni Sarra , Achour Naoufel , Nejii Ilhem , Soufi Karim ,Ben Salah Karim , Nouri Souad , Zlassi Mohamed , IDIR Trabelsi , Dérouiche Mekki , M’rabti Ali , M’rabti Tarik , M’rabti Nadia , Azzouzi Mounira , Sbabti Soumaia , Chabbi Youcef , Moufida Abdessalam , Yagoubi Mouhammed , Zamit Abdelouahab , Torjmen Nadia , Adel Mansouri , Nazihaz abdessamad , Deguachi Issam , Mansouri Malek , Jihane Abdelmoula , MEHDI Ayari , Bellahcene Mentouri , Hafid Abdou , Masmoudi NarjessL , Mahmoud Bounouh ,  Mohammed Ben Larbi , Ridha Abdel Jalil , Ben rhouma ilham , Ridha Nakache, Bouhlel Bilel ,Zinetti Naïma , Soufiane Khalifa , Fallahi  Rachid , Dacha Fouad , Fatiha Nassri , Ezzdine Boukhris , Nefzi Hakim , Nehdi Amar ,Chérifi Mohamed , Mounir Terzi , Tissaoui  Hassen , Mahroug zoubeir , Mahroug Radhia, Ben slimane Raja , Boukhris Najet , Boukhris slim , Béchir kARKER ,Mahrez Touhami , Perihan Ibis.

SIGNATURES DU 2 AVRIL....Reçu de TUNISIE.

Hadded Nacerdine , Lakdhar GHODBANE , Gafsi FOUAD , Ben rejab Sami , 
Touil
AHMED , Fadila Zaarour , EL KHiARI Mouncef , Benamar Jilani , Ben Ammar
raouda ,  Naïli Yacine  ,  Mongia Cherif  ,  Rihani Samira , Khiari
salma ,
Bouraoui nourredine, Boumnigel Khaled , taalbi Chihab , Derbali Zouhair
,Dellagi Toufik ,Ayadi Mouncef , Chaouachi Hussein. Miloudi Salah ,
Sahnoune
Berrachide , Abdallah Lahmer , Metoui Abdelbacet , Ben sassi Nouha ,
Maryem
Hachani , Salaoui Leila ,  Iskandrani Fatima ,  Nadia Lassoued ,Béji
Faouzia
,Dérouiche Soufiane, Gabsi mahfoud , Mizouni Hicham , Yahyaoui Mostafa
,
Melki Fouad , Nasser Marzouki ,Chaouech Khalid , Souissi Nawal , Métoui
Ali
, Zahaf Najat , Redouan Mejri , Fatima Dérouiche , Méziane  Youssef  ,
Mehrezi  Ouardia , Sfaxsi Mohamed , Andoulçi sihem , Fehri Messaoud .

janine BOREL

 

 

 

Je supporte l’initiative qui vise à rassembler autour du leader Moncef Marzouki les vraies forces d’opposition pour faire avancer le changement en Tunisie.

 

comité de lutte contre la barbarie et l'arbitraire

 

http://laconscience.nuxit.net/

 

*********************************
SIGNATURES RE9ES LE 26 AVRIL 2006

 

Nadia Mechitra , Nadia Ben ammou,Malika Dziri , Hicham Ghachem ,  Moussa Gasmi , Soudani Abderrahim / Sami Belghoul ,  Mohamed Sbabti , Fayçal Taouil / Malek Selaoui ,Fatma Selaoui ,  Naima Dérouiche ,  Kéfi Kheira ,Mahmoud Chraïti , Msakni Aziz / Tarek Slama , Arari Abdelkader , Noura Miftah ,  Hanane Ferchiou , Yassine Jerbi, Rouhani Mohamed , Yahya Selimi , Sonia Montasser ,  Ismail Boujelbanne, Mekloufi Abdallah / Faouzia M’rad ,Chaouachi Nacer , Radhia Benyedder , Magid Razkallah ,  Said Salmi ,Safia Mraiah , Azouz Drissi ,  Rabah khadem ,  Hafid Lamouchi , Mansour Namouchi , Barakati  Mohamed ,  Mohamed Massoudi,  Mustapha Masmoudi , Kendouzi Fadel ,  Nadia Boussef ,  Said Lataïef ,  Kamel Hachana  ,Ben Salah  Nawel ,Saadi Ali ,  Aïman Ayari, Ali Lala , ,  Youssef Mizani,  Latréché Bilel,  Ahmed Fourati, Bennani Hassen ,  Nouredine Ferchichi,  ,  Mohamed Tarnéne ,Saloua Abbou , Mohammed Ben Jaafer , Nouredine Akacha ,  Yamina Zahaf , Bouzid Ramla,  Bachri  Kamel ,  Abdallah Mehdaoui, 

Mongi Boucetta      , Meriem Majri,  Houda Naamani ,  Nordine Achour,  , Ahmed Bouhali,  Abdelaziz Behloul,  Béchri Mohamed.

 

 

 

Mounir BEN YOUNES ,Sahli AHMED , Nadia Guizani , Mnihli TARIK , Rachid Traouli , Ahmed hani , Hacene Bourigua , Bourigua Rachida , Magid KHADRAOUI ,Farid Mentouri, Younes ben Hadda ,  Brahim Tozri, Jouini Karim , Abdellah Hachmi, Radhouen khalsi ,  HENNI Najoua ,Zarrouk Nordine , ABDELJALIL Tayache , Djamal Bouchnek ,  Fouzia Bach  Hamba ,  Mansour Draoui ,  Abdelkader Nouri ,  Aziz Chammeri , Salah Khayem, Moukhtar  Snoussi,  Sheherazad Ataya , Chaouachi  mohamed tahar ,  Rachid Slouma , Ayari  Mourad , Zlassi Assia, Fouzia ben Salah , Ryad ben Youssef , Smirii Ouassila ,Idriss  Hamdouni , Leila Rochdi ,Zahia Chibani ,  Lamia Chabbi ,  Mohamed LemineFourati , Kadija ben Moussa ,  Amar Ribaï , Abdennabi Farsi , Brahim Ghazali ,  Nabil Jerbi, AHMED Mouridi , Mustapha Nasri,  Bouzidi AMAN , Nawel Salhi , Nasser Jumaà,   Saad Chérif , Hadda saadi ,  Sonia Bechri ,  Riahi Karim , Faouzi Osman ,  Walid Karoui  , ORABI Bilel, BELHADJ Slah ,  salem Didouche, Nawah Ibrahim , Fatiha Belhaj ,  Najat Erroumi , Meniri  Najat ,Jamaleddine Bourguiba , Naima Salami, Ajouaoui Slim , Abderrahim Mimoun , Abderrahim Hafsi,Ridha MEFTAH , SamirAKACHA , Milian  HICHAM ,Chihab Aref , Jamal Benasser  , Bouzid ABDERRAHMANE , Habib Tifouri ,  Bouzaïéne Noureddine , kARIM Troudi, Mohamed Trabelsi , Mohamed Zayeni , Toufik  Chaïbi, AYADIAhmed , Aouatif Naouari , Jaouhar Chabbi ,Mohamed Jouhri, Abderrahim Melliti ,Tiar Nourredine, TRIKI Moussa, Lalloum Mirza , Chouchane Soulaf, Trabelsi Imed ,Tahar Bésbés.

**************************
Reçu de Tunis  le 4 mai 2006

 
Hadded Ali , Lakdhar Nafti , Slimani Farés , Ben rejab Najoua , Touil Nabil , Fadila Mougui , Salaoui Mouncef , Bouziri Jilani , Ben Ammar Omar ,  Naïli assia  ,  Mongia Daouadi  ,  Ben fraj Samira ,Mahrez salami , Bouraoui Dermoul, Fitouri Khaled , Taalbi Anouar , Derbali Saliha ,Dellagi Ali
 
 
 
Majri Mohsen ,M’rabtiyamina ,Rouissi Hicham , Ben-Meftah Nayla  , Mouridi  Wahiba , Farid Rouhba ,  Chabbi Mohamed , Sassi RACHID , Mahroug  Oussama ,Nasri Hicham ,Rochdi malika , Kherif Mohsen ,Issam Dridi , Youcef Bourras , Bouaziz Jamal , BEN AMOR Mahrzia , M’rabti Brahim , Khammari Jamila , Nourredine Rahmi, Nafoussi Mohamed , Znadgui Fatima , HAMZA Tounsis , Bouchnek Abdallah , Otmani Douga , Trabelsi Karim ,  Malik Ellouz , Boujaafar Abdelkader , Kentouchi MAHREZ ,  Omar Barrakati , Mourad Drif , Dawam Sami , Adel Abdou , Kéfi Noureddine , Charchour Yassine , Nawar Salim , Jarri zouhair , Saïdane Hicheme , Ben Saïd Ahmed , Berrachid Hakim , Salhi Salim
  *****************************
Firaoui chokri , fitouri brahim ,  Nouira Mongia , m’sakni Ahlam Jourchi Riad , Mokni AMAR ,Jegham samira , Othmani Hamadi ,  Smiri Badreddine , Driss Saouabi,Choukarni FARIDA ,Fadila benchagra , Chraïbi FOUED , Iskandri KARIM , OURTANI Rachida , Lehmici Ridha , Morchdi Fatima , Morseli Larbi , warda Ayachi , Hergmi Youcef , Chtourou Rachid , Zahni Ali , Bahri Idir ,Boutaleb Ibrahim , Naass Rachid , Daouadi BRAHIM , Touni Abdelkrim , Rhouma Mounira , Anis Abdenbi ,  hafidi Narjess , Taleb  Hamid ,
  *****************
 
 
Berrah Abdessamad ,Berrah KHADIJA , Mustapha Hachmi ,  Jamel Jlassi / Djemmali OLFA , Tayach Farid , Bouraq abderrahmane , Trabelsi Fawzi , Mammeri Meher , Loucif Tahar , , Benzarti Hamid , Benzarti Zoubida , Alaoui Tarek, Namouchi Bader , HEDDADJI Saber,  Harouni Rachida , Mongi Abid ,Daldoul Samira  , BENALI Ramla ,  labidi Lotfi  , BEN SAADA Rayene , Chwiki OUALID , Layoun Aziza .

*************************************************************
NOUVELLES SIGNATURES DU 10 JUIN 2006
 

Bennour Rachida , Chafaï Karim , Dermoul Dalila , Youssef Jaouadi 
,Mellouti 
Fatiha , Raouwadi Sabri , Daoui Selima, Mongia  Fettah , Nasser Habbat

Ben M'Henni Daou , Nabil Ilgorbani,Ben  Achour Lamia ,  Anis Seydouni ,
Neji
El Hafsi ,  Mohamed Bouragba , Nafti Karim , Liman  Karima , Rouhani
Souad ,
Begga Meki , El mrabti Nizar , Chouchane  Tarik , Zribi  Nadia ,
Azzouzi
Khaled , Ferchichi Hourria , ben mabrouk Assia , Mourad Fergeni , Saïd
Noubli , Tiar Radhia , Béchir Badoui , Salha Naoui , Adnéne Bouricha,
Alia
riahi , yahya Damki , Anouar Msakni , Rim Jemmeli , Mondher  jemmeli ,
Omar
Swassi , bordax simon ,Yasser Touhemi , Mahrez Remada , Fadila
Bougdhir,
Zoubeir Chraïti , Halouma Gabsi , Faïez Najib , Walid Hammi






Hadjouti Aroussia ,Abdelhakim Bousnina , Amel Charfi ,  Skandrani
Sarhabil ,
Boukhlout Jihane , Abdelkader Bousseta ,Dahmani Amel,Samia Gharrafi ,
Hakim
Fillali, Karim Jabballah, Mounira Rahmani , Nejib Chamame, Bouàleg
Rachid,
Ahmed Morseli ,  Youssef Gandour , Zina Elhaj ali ,  Djamel boudabouz , 
Borhane Talbi ,  Samir Ragued ,Moufida Zouag , Anouar Moustaquil , 
Tarek
Rouahni , Rachida MOKEDDEM ,Fadila OUAER , Farid Bouchiba,Salem  NAJAR
,
GHODBANE Wahid , KASBI samir , Jamel Chaier , Belahouan  Aicha ,
Mouradi
Naima ,Yasser BOUAICHA , Benameur Latifa,Ridha Kaim Habchi , Siham
Kenzari ,
Charchour Fatima , Salim Tozri ,  Sonia GUETTOUF , Khalid Hamammi , 
Ahlem
Fatmaoui,  MEHDI Charrad , Nargess ARIF , Smaoui Morad , Smaoui
Sami,Taieb
DAOUDI





Latifa MANSOUR ,Turkia Hamed , Hicham LABIDI  , Faycal Benanni , kamel
CHAMI
,MIDNASSI Messaoud ,  Rachid Yahyaoui,  Moncef TALEB ,  Montassar
Ouerguemi
, Benyamina Nfissa, Radia CHIKHI , Bennejma Houssine ,Soltani fatma ,
Soltani Raouf ; Chaker   BEN YOUNES  ,  RAHOUI Magda , Nadia Berrah,
Rachida
DRAOUI ,Slim Mehni ,Salma bouaricha , MOUSTAQUIM Rachida ,Rabah
KHADRAOUI ,
WARDA Ziani , Brahim Bourigua , Najar Karim , Abdellah Najeh, HENNI
Saloua
,Moktarl Bouzenad , Akrem belaidi , Mohamed  FITOURI, Hachana  Fatima , 
HAMZATifour ,Zaki Abdallah , Chraïet Amel , Morgene Samira , Brahim
Lahmar ,
Naïli Radouane ,  Chiboub Ramzi , Bentabla Karim ,  Ben mabrouk
Abdelkader ,
KACHBOURI Najia , Omarani Mosbah , Karrit Ibtissam , Zouhayer  Ben
Abdallah
, Torjman Sami , Amina Redissi , SALHI Nasser , Abassi Youssef, JAMEL 
Lanouar









Bennour Rachida , Chafaï Karim , Dermoul Dalila , Youssef Jaouadi
,Mellouti 
Fatiha , Raouwadi Sabri , Daoui Selima, Mongia  Fettah , Nasser Habbat

Ben M'Henni Daou , Nabil Ilgorbani,Ben  Achour Lamia ,  Anis Seydouni ,
Neji
El Hafsi ,  Mohamed Bouragba , Nafti Karim , Liman  Karima , Rouhani
Souad ,
Begga Meki , El mrabti Nizar , Chouchane  Tarik , Zribi  Nadia ,
Azzouzi
Khaled , Ferchichi Hourria , ben mabrouk Assia , Mourad Fergeni , Saïd
Noubli , Tiar Radhia , Béchir Badoui , Salha Naoui , Adnéne Bouricha,
Alia
riahi , yahya Damki , Anouar Msakni , Rim Jemmeli , Mondher  jemmeli ,
Omar
Swassi , bordax simon ,Yasser Touhemi , Mahrez Remada , Fadila
Bougdhir,
Zoubeir Chraïti , Halouma Gabsi , Faïez Najib , Walid Hammi






Hadjouti Aroussia ,Abdelhakim Bousnina , Amel Charfi ,  Skandrani
Sarhabil ,
Boukhlout Jihane , Abdelkader Bousseta ,Dahmani Amel,Samia Gharrafi ,
Hakim
Fillali, Karim Jabballah, Mounira Rahmani , Nejib Chamame, Bouàleg
Rachid,
Ahmed Morseli ,  Youssef Gandour , Zina Elhaj ali ,  Djamel boudabouz , 
Borhane Talbi ,  Samir Ragued ,Moufida Zouag , Anouar Moustaquil , 
Tarek
Rouahni , Rachida MOKEDDEM ,Fadila OUAER , Farid Bouchiba,Salem  NAJAR
,
GHODBANE Wahid , KASBI samir , Jamel Chaier , Belahouan  Aicha ,
Mouradi
Naima ,Yasser BOUAICHA , Benameur Latifa,Ridha  Habchi , Siham Kenzari
,
Charchour Fatima , Salim Tozri ,  Sonia GUETTOUF , Khalid Hamammi , 
Ahlem
Fatmaoui,  MEHDI Charrad , Nargess ARIF , Smaoui Morad , Smaoui
Sami,Taieb
DAOUDI





Latifa MANSOUR ,Turkia Hamed , Hicham LABIDI  , Faycal Benanni , kamel
CHAMI
,MIDNASSI Messaoud ,  Rachid Yahyaoui,  Moncef TALEB ,  Montassar
Ouerguemi
, Benyamina Nfissa, Radia CHIKHI , Bennejma Houssine ,Soltani fatma ,
Soltani Raouf ; Chaker   BEN YOUNES  ,  RAHOUI Magda , Nadia Berrah,
Rachida
DRAOUI ,Slim Mehni ,Salma bouaricha , MOUSTAQUIM Rachida ,Rabah
KHADRAOUI ,
WARDA Ziani , Brahim Bourigua , Najar Karim , Abdellah Najeh, HENNI
Saloua
,Moktarl Bouzenad , Akrem belaidi , Mohamed  FITOURI, Hachana  Fatima , 
HAMZATifour ,Zaki Abdallah , Chraïet Amel , Morgene Samira , Brahim
Lahmar ,
Naïli Radouane ,  Chiboub Ramzi , Bentabla Karim ,  Ben mabrouk
Abdelkader ,
KACHBOURI Najia , Omarani Mosbah , Karrit Ibtissam , Zouhayer  Ben
Abdallah
, Torjman Sami , Amina Redissi , SALHI Nasser , Abassi Youssef, JAMEL
 
Lanouar

  **********************

   

Précédent | Suivant | Retour aux messages  

 

Posté par hurria à 12:12 - Commentaires [8] - Permalien [#]

Pétition

Compatriotes !

Est-il utile de vous décrire, une fois de plus, la situation lamentable sur tous les plans dans laquelle se débat notre malheureux pays :
- Une justice aux ordres
- Aucune liberté d’expression
- Une corruption endémique
- Un système éducatif en état de délabrement
- Un système répressif et menaçant qui surveille et opprime tout ce qui bouge

Cet état des lieux génère une atmosphère délétère qui étouffe tout ce qui est bon et opprime tous ceux qui veulent sauvegarder leur dignité personnelle. Ceux qui refusent de se soumettre sont constamment bousculés pour les décourager et les contraindre à baisser les bras. Des sbires du régime infiltrent tout ce qui est susceptible de secouer la léthargie ambiante afin de semer la zizanie et empêcher le rassemblement des consciences constructives.

Au centre de cette situation lamentable, une opposition velléitaire incapable de s’unir pour faire avancer les choses. Pourquoi ? Simplement parce que chaque responsable de parti ou d’organisation, reconnu ou non, cherche à se mettre égoïstement au premier plan sans réellement penser à l’intérêt général de notre peuple.

Ces responsables sont-ils à ce point incapables qu’ils ne puissent dépasser en eux-mêmes la stupide soif des grandeurs, le ridicule besoin de paraître qui les tient, et cette passion du pouvoir qui les dévore ? Il est maintenant indéniable que cette pitoyable opposition est incapable de faire vraiment bouger les choses. Notre devoir citoyen est à présent de lui venir en aide.

Tout mouvement national a besoin d’un leader pour mener à bien son action et faire aboutir ses revendications. Au vu de la situation actuelle contrôlée par le régime, un tel leader n’existe pas et ne pourra pas émerger si nous nous en remettons à la seule opposition actuelle.

C’est pourquoi une proposition est faite à l’ensemble des forces consciencieuses de soutenir le docteur Moncef Marzouki dont la compétence, l'intégrité et le respect des différences ne sont plus à démontrer, et de se rassembler autour de lui. Ce soutien sera d’autant plus susceptible de faire bouger les choses qu’il sera plus large. Il n'est pas inconditionnel mais vise surtout à signifier à tous ceux qui prétendent agir au nom de l’intérêt national qu’il est grand temps que cesse cette dispersion paralysante des vraies forces d’opposition et que naisse enfin un esprit constructif capable de dépassement de soi et d’abnégation au service de l’intérêt supérieur de la nation.

À l’occasion du 20 Mars, en ce cinquantième anniversaire de l’indépendance, posons ensemble un geste indépendant et courageux pour rappeler à ceux qui se veulent les responsables de cette amorphe opposition qu’ils sont là pour nous servir et non pour se servir. Notre soutien raisonnable au docteur Moncef Marzouki ne les laissera pas indifférents. Il est susceptible de les faire réagir.

Compatriotes ! Faisons valoir notre volonté individuelle, manifestons notre prise de conscience et notre refus de l’immobilisme en intervenant énergiquement dans l’orientation du cours des évènements. Exigeons que soit respectée notre aspiration à la liberté et au progrès, et écartons les démolisseurs et les responsables de l’immobilisme.

Si vous partager l’esprit de cette pétition, faites parvenir votre soutien à l’adresse  hurria_tun@yahoo.fr

,par ce court texte : Je supporte l’initiative qui vise à rassembler autour du leader Moncef Marzouki les vraies forces d’opposition pour faire avancer le changement en Tunisie.

Une équipe de patriotes 

 

POUR SIGNER LA PETITION :

hurria_tun@yahoo.fr

Posté par hurria à 12:19 - Commentaires [1] - Permalien [#]

APPEL

حقق آباؤنا الاستقلال الأول وسنحقق الاستقلال الثاني
د. منصف المرزوقي

إخوتي أخواتي في الوطن المقهور.
يحتفل الدكتاتور ونظامه ،وهذا باسمنا جميعا،  بنصف قرن من "الاستقلال"، في الوقت الذي يتميز فيه الوضع العام في بلادنا  بخصائص ثلاث:
- أن القطيعة بين النظام والشعب ، لم تكن طيلة الخمسين سنة المنصرمة بمثل هذا العمق ، حيث تقطعت كل سبل الحوار غير المزيف ولم يعد يربط بين الطرفين إلا الخوف والاحتقار وانعدام الثقة .
- أن المواطنين لم يعرفوا ، حتى إبان الاستعمار،انتهاكا لكل حقوقهم الفردية وإذلالا لكرامتهم، وعبثا بمالهم العمومي، واستخفافا بمشاعرهم، كالذي يجربونه يوميا مع هذا النظام .
- أن استقلالية القرار الوطني في المسائل الاقتصادية أو السياسة الخارجية، لم يكن يوما بمثل هذا الفراغ خاصة وأن استقواء السلطة بالخارج للبقاء في الحكم بأي ثمن، فوّت في ما بقي منها من فتات.
هكذا لا تعرف تونس دولة وشعبا من الاستقلال إلا ما يعرفه الجائع من شواء لذيذ حكم عليه بأن يشم رائحته ولا يذوقه.... فلا الدولة مستقلة عن الاستبداد الخارجي.... ولا الشعب مستقل عن الاستبداد الداخلي...كل هذا أساسا بسبب وقوع دولة عريقة ومجتمع متحضر في قبضة نظام صادر التاريخ وصادر الوطن والوطنية وصادر الدولة لحماية مصالح خسيسة وأصبح قوة احتلال داخلي يراقب ويحاصر شعبا أعزل يغرق في مزيد من البؤس المادي والمعنوي والروحي .
وتجاه هذا الوضع الذي سيتفاقم يوما بعد يوم ، في ظل نظام همه الأوحد الحفاظ على حق الدكتاتور في السلطة مدى الحياة وحق عائلاته في النهب والسلب ، لا خيار للتونسيين والتونسيات إلا بين الموت البطيء وبين هبّة شعبية سلمية تعيد لهذا الجيل حقه في الكرامة وللجيل الجديد حقه في المستقبل.

وإذا استثنينا المرضى والشيوخ والأطفال ،وكل من أثقلت الحياة كاهلهم بصفة تجعلهم عاجزين عن الانخراط في الشأن العام ومعذورين في ذلك ، فإن على بقية التونسيين والتونسيات ،أي ما لا يقل عن ثلاثة ملايين شخص، تحمّل مسؤوليتهم كاملة تجاه وطن مشترك .فلا يجوز اليوم لأي تونسي وتونسية ، له الحد الأدنى من عزة النفس وبقيت في روحه أصداء لقيم العروبة والإسلام ، البقاء على هامش الصراع ضد الدكتاتورية و انتظار الحرية والعدالة والكرامة على طبق من ذهب من معارضة فعلت ما في وسعها، ومع هذا تتعرض للوم والنقد من قبل الجالسين على الربوة.

لقد وصلت هذه المعارضة حدودها القصوى ولا مستقبل لها إن لم يتجنّد معها الثلاثة ملايين من بقية المسئولين عن تونس . ليكن واضحا للجميع أن تواصل السلبية والانتظار وتحميل القلة المناضلة مسؤولية تحرير تونس سيجعل هذه الدكتاتورية تستفحل وتتغول أكثر فأكثر وتسلمنا قريبا كقطيع من البقر إلى وريث جديد يبرز علينا من تحالف للبوليس السياسي والعصابات الفاسدة ليتراكم الخراب على الخراب.
ولا خروج اليوم من هذا المسار الرهيب إلا بعودة الروح للملايين الذين تخلوا عن أمهم تونس وهي بأمس الحاجة إليهم . لا خيار غير المقاومة الديمقراطية كما فعل آباؤنا وأجدادنا يوم نظموا المقاومة الوطنية.
أما الأهداف التي يتوقف على تحقيقها نجاة الوطن فهي أربعة : السيادة الفعلية للشعب عبر الانتخابات الحرة والنزيهة ، الكرامة للمواطن عبر نهاية السلطة بالتخويف ، الشرعية والهيبة للدولة عبر عودة الشرطة والقضاء والإدارة لوظائفها في حماية المجتمع من الجريمة المنظمة وليس العكس، استرجاع الأموال المنهوبة وإنهاء الفساد في المال العمومي لتوفير العمل للشباب و لقمة العيش للجميع.
إنه الاستقلال الثاني الذي وضع علينا التاريخ مسئولية تحقيقه ، نتدارك به نقائص الاستقلال الأول ونحقق وعوده التي خانها الانحراف نحو التسلط الشخصي والحزبي .فإلى مسؤوليتكم التاريخية جميعا ، إلى النضال في شوارع المدن والقرى وفي ساحات الجامعات والمصانع حتى زوال نظام الفساد والتزييف والقمع وبزوغ شمس الحرية والكرامة على تونس الخالدة .
   19 مارس 2006                                                            

Posté par hurria à 12:27 - Commentaires [0] - Permalien [#]

Derniére interwiew de M.marzouki accordée à EL KHADRA.

Questions à  Moncef Marzouki

1-     Que représente pour vous  cette date de vingt Mars en tant que patriote tunisien ?

MM : Un sombre anniversaire tant sur le plan personnel que politique. C’est à la veille de cette sinistre date que mon père a dû fuir une liquidation physique ordonnée car Yousséfiste notoire. Il eût droit à 33 ans d’exil au Maroc et à une tombe, à Marrakech non à Douz, en récompense de vingt années de lutte armée et pacifique pour la Tunisie. Sur le plan politique laissez moi vous rappeler que j’ai publié il y a dix ans un livre ‘’la deuxième indépendance ‘’*, ou je soutenais que jamais nos Etats arabes n’ont été aussi dépendants de l’étranger, et que jamais nos concitoyens n’ont été aussi soumis et brimés par un Etat fût-il étranger. Voyez par vous-mêmes si cela est faux. Alors ils peuvent toujours fêter leur 20 Mars, pour moi c’est le jour où je porte le deuil de mon pays et de mon père, tous les deux trahis et sacrifiés.

2-Les dates commémoratives, qui sont honorables et naturelles pour chaque peuple qui se respecte, ne croyez vous pas qu’elles servent aujourd’hui plus que jamais à la propagande de la dictature pour endormir la société, comme pour le « leurre « de l’affaire des caricatures du prophète Muhammad SAW ?

MM : Il n’ y a rien de vrai, de fort, de porteur dans toutes leurs cérémonies politiques. Même du temps de Bourguiba ce n’étaient que des auto- célébrations de plus en plus déconnectées d’un peuple qui ne se reconnaissait plus dans son Etat et qui l’a dé- légitimé de facto par son désintérêt méprisant. Cela n’a fait qu’empirer depuis avec ces grossiers faussaires qui se sont emparés de notre Etat et qui de plus se payent notre tête.

2-Un de vos derniers texte semble mettre une bonne fois pour toute les points sur les « I » , une sorte de coup de poing sur la table , où vous refusez toute forme de rhétorique et de démagogie , ou de discussions de chapelle , vous appelez à la mobilisation de la rue tunisienne , et « l’affrontement » direct des masses tunisiennes avec la dictature , en utilisant tous les moyens civilisés et pacifiques dont elle dispose , voulez vous signifier par là , l’utilisation de la grève , de la désobéissance civile , des manifestations , des alternatives culturelles , voire sociale et économiques ?

MM : Jamais un peuple ne s’est libéré de ses oppresseurs qu’en se soulevant. Nous sommes face à un régime non réformable et qui conduit notre peuple à la ruine spirituelle, morale, sociale et économique. Quelle autre solution nous laisse-t-il ? Oui j’appelle les Tunisiens et surtout les jeunes à préparer la révolution démocratique, mais par les seuls moyens pacifiques, aussi bien pour des raisons éthiques que pratiques. Rien ne servirait d’avantage la dictature que le recours à la violence. Connaissant bien l’histoire des dictatures, je suis presque sûr que ce sont les malfrats du régime qui l’initiera afin de se faire passer aux yeux de leurs maîtres pour les chevaliers de la lutte contre le terrorisme.

4-Si c’est le cas, pensez vous que cette façon de procéder qui est quand même expression d’un haut degré civilisateur, d’un grand courage, d’un sens du sacrifice transcendantal aux antipodes de l’attentisme actuel qui semble donner une image résignée de la Tunisie, et aussi désigner les limites de ce que un peuple civilisé peut supporter, pensez que cette façon de lutter est dans la culture des tunisiens ?

MM : La société face aux maffias qui la rançonne et à la police qui l’étouffe, a le choix entre s’enfoncer dans son implosion actuelle (augmentation des suicides, divorces, criminalité, émigration clandestine) ou la révolution. Toute société choisit tôt ou tard de vivre au prix de l’affrontement avec ceux qui la tuent lentement. Les Tunisiens seront bien obligés un jour de sortir dans la rue pour pouvoir exister. C’est une question de temps. La voyoucratie ne doit pas se faire d’illusions. Elle aussi doit faire comme moi : Lire l’histoire.

5-Beaucoup de tunisiens , surtout parmi les jeunes , pratiquent une résistance et une révolte individualiste et totalement désorganisées, qui par le refus de participer aux rares actions de l’opposition, qui par la fuite à l’étranger coûte que coûte , même au prix de sa vie ou par l’aliénation , qui une sorte de nihilisme criminel à s’intégrer dans les logiques de la dictature, qui par l’oisiveté et le renoncement , qui par la débrouille et la pré pende etc…, que conseillez vous à ces tunisiens qui sont en fait la majorité des victimes du système ?

MM : Ma génération a cru que le salut viendrait de la politique et de l’action collective, celle de mes filles croit que le salut viendrait de l’économie et de l’action individuelle. Cette approche se révélera aussi fausse que la nôtre.Chaque génération est allée trop loin dans sa ses simplifications. Nos jeunes ne s’en tireront qu’en acceptant que le salut est à la fois dans le fait de compter sur soi et de travailler avec les autres , de retourner au champ du politique , mais sans l’idéologisme sectaire de leurs pères , les naïvetés des uns et le cynisme des autres .

6-vous avez déclaré que les opposants démocratiques ont démocratisé l’islam politique en Tunisie, le fait que les caciques d’ENNAHDA s’affichent avec les leaders du bloc démocratiques est-il une preuve irréfutable de leur nouvel état d’esprit ?

MM : Personne ne peut répondre à cette question, valable pour tout le monde. Les ex-communistes, voire les démocrates sont-ils réellement des démocrates ? Personnellement je crois que nous sommes tous plus ou moins démocrates, plus ou moins sincères, plus ou moins cohérents. Seule l’épreuve du feu fait la part des choses au niveau de la même personne et entre les gens.

7-Croyez vous que des hommes , comme messieurs Gannouchi ou HAMMA HAMAMI , puissent renoncer aux énoncés fondamentaux de leur idéologies , et définitivement , ou ne s’agit-il pas comme le disent beaucoup parmi ceux qui vous reprochent votre esprit de synthèse , votre pragmatisme et votre intégrité , que ce n’est que de la naïveté , une illusion et une certaine forme de Taqqiya , de stratégie et de réflexes tactiques qui guident ces derniers ?

MM : les hommes changent, évoluent et s’adaptent. C’est sur cela que je parie. Paradoxalement ce sont les idéologues qui changent le mieux car ils savent tenir un changement. Le pire c’est les politiciens sans foi qui changent en permanence comme des caméléons en fonction de la direction du vent.

8-Sincèrement croyez vous que Gannouchi et son dernier cercle de prétoriens sont-ils encore représentatif de l’islam politique tunisien ?

MM : En tout cas ils en sont une partie. Maintenant en l’absence de liberté de débat, d’association et d’élection, nul ne sait quel est le poids politique de tel ou tel parti ou homme.

9- Nous savons tous, que dans tous les courants politiques de l’opposition tunisienne, d’ENNAHDA et la masse de ses militants dissidents jusqu’au PCOT en passant par le CPR, le PDP et même le RCD, la majorité de ceux qui sont engagés ou sympathisants de ces mouvement revendiquent une vérité commune : l’identité arabo-musulmane.

a- Pensez vous  que cette revendication  doit être une condition sine qua non  à tout projet politique en Tunisie ?

b- Ne croyez vous pas que pour cette réalité culturelle , sociale et politique , il est urgent de pousser les forces de la réforme au-delà des disciplines des partis , surtout en cette période d’affrontement avec la dictature , et de définir les stratégies communes ?

MM : De par mon éducation dans une famille puritaine du Sud, la question de mon identité arabo- musulmane ne s’est jamais posé.C’est une évidence. Deux piliers la soutiennent toujours : la langue d’El Moutanabbi et les valeurs de Omar El farouk. J’ai écrit en 1989 une introduction à la médecine communautaire de 1000 pages en Arabe. Je travaille actuellement sur une introduction aux sciences de la santé qui sera tout aussi longue et en Arabe. J’ai toujours appelé à faire de l’Arabe la langue de l’enseignement supérieur car aucune grande nation ne peut avancer avec la langue des autres ,sauf en tant qu’appoint,Mais cette revendication de l’identité ne doit être ni un enfermement de soi, ni une exclusion de l’autre. Il y a beaucoup de complexes mal liquidées, de peurs, et de crispation et de victimisation malsaine dans notre revendication identitaire et je n’aime pas cela, peut-être parce que j’ai confiance en notre nation et en son inéluctable retour sur la scène de l’histoire .Ne pas confondre la fierté d’être ce que nous sommes avec l’orgueil blessé du regard peu amène des autres peuples. Notre identité est comme un immeuble à plusieurs étages. Je suis un Marzouki, un sudiste, un Tunisien, un Arabe, un Musulman et tout autant un citoyen du monde. Notre identité nous la ferons avec le futur, pas seulement avec le passé, nous la ferons en créant avec les autres nations et pour le bien de l’humanité, non en nous refermant sur une exigence de reconnaissance, qui elle-même ne reconnaît pas les autres.

- 10-La grève du 18 octobre 2005 avait donné beaucoup d’espoir, elle a fait la preuve qu’un véritable bloc démocratique peut s’imposer sur la scène politique tunisienne, et surtout mobiliser beaucoup d’énergies supposées antagonistes, ne croyez vous pas que face à la dictature, nous n’avons que le choix de la voie de la cohérence et du rassemblement des forces pour espérer mobiliser la masse tunisienne ?

MM : Deux façons de rassembler :

-Rassembler le but étant surtout de rassembler tout le monde, à ce moment vous ne pouvez rassembler que sur le minimum, dans le cas d’espèce de trois revendications type droit de l’homme, en réclamation depuis 20 ans

-Rassembler autour d’un programme politique de rupture, d’action pour l’étape intermédiaire et de projet de société pour le futur. Ici vous ne pouvez rassembler qu’une fraction…la plus offensive et la plus porteuse d’avenir. Je suis pour ce dernier choix.

11-A votre avis, parce qu’il faut parler d’échec dans la durée, et tout l’après de cette grève, l’espoir assassiné de sa pérennité post SMSI, sa gestion etc... , à quoi est dû cet échec qui est plus nocif qu’il ne paraît encore ?

MM : Je ne veux pas polémiquer mais redire que les seuls choix que nous laisse le dictateur et ses maffias est de rassembler autour d’un mouvement de résistance démocratique, appeler la conférence nationale démocratique, préparer la révolution démocratique. Sinon poursuite de la désespérance nationale, 7 bis garanti, des années de misère et la révolte sanglante avec toutes ses catastrophes.

12-Franchement croyez vous à la possible existence d’un islam politique à la tunisienne, un islam politique démocratique, institutionnel, légaliste ?

MM : Absolument, mais avec sur ses franges un islamisme sectaire, violent et arriéré ennemi de la République et des valeurs des droits de l’homme. Le premier devra être intégré, le second combattu mais par la loi, et surtout l’exemplarité des gouvernants.

13-Pensez vous que la société tunisienne, en ce début de millénaire, par rapport au bien être matériel, la course à l’avoir au dépends de l’être, l’état sinistré de pratiquement toutes les sociétés africaines qui sont quand même notre environnement immédiat, celui des pays arabes et musulmans, puisse se soucier des droits civiques et des libertés ?

MM : le discours de la dictature sur les droits de l’homme, la démocratie, la république, à la fois ignoble et ridicule, a plombé dans l’esprit de notre peuple toutes ces valeurs. Il faudra du temps et surtout l’exemplarité des nouveaux gouvernants pour que ces mots reprennent leur sens. Sinon c’est la dérive et une révolte qui sera conduite par le pire intégrisme.

14-quelle est votre position en ce qui concerne la réconciliation nationale ?

a- La justice devra-t-elle s’exprimer et se prononcer, à la libération de la Tunisie, sur la période post coloniale, la période de plomb ?

b- Sur les tués, les torturés, et ceux qui ont passé la moitié de leurs existences dans les mouroirs et sous le joug de l’arbitraire ?

c- Il y’eu énormément d’expropriations illégales en Tunisie et dans tous les domaines. Des familles ruinées, et d’autres qui se sont enrichies du jour au lendemain, y’auras t-il une commission chargée de rendre justice à tous ces tunisiens spoliés de leurs biens ?

MM : Pour ce qui est des spoliés, le retour de toutes les spoliations.

Pour ce qui est des crimes politiques, notamment les tortures et autres graves violations des droits des Tunisiens, je suis pour une réconciliation nationale mais réelle, à la sud-africaine c.a.d réunissant 4 critères voulus par ce très grand homme qu’est Nelson Mandela

-         Une loi d’amnistie votée par un vrai parlement

- Une commission de vérité et de justice constituée par des sages totalement indépendants faisant toute la lumière sur les années de plomb et publiant pour la mémoire collective le récit détaillé de toute cette partie de notre histoire. D’ailleurs un jour national de commémoration des victimes de la torture devra être célébré tous les ans.

-         Une demande de pardon public des tortionnaires et leurs commanditaires

-         La reconnaissance morale, les compensations matérielles pour les victimes et leurs familles.

Les hommes actuellement au pouvoir, surtout les responsables de la sécurité de 30 a 40 ans devraient réfléchir à ces propositions, car les crimes ne resteront pas impunis .L’impunité c’est fini, seule variera la forme : barbare de type vengeance, ou civilisée de type Mandela. Pour ma part je milite pour ce dernier choix.

15- La société Tunisienne recèle en elles de grandes potentialités et ce à tous les niveaux et dans tous les domaines, ceci dit sans aucune forme de chauvinisme , c’est une évidence sur la scène internationale et vous en êtes un parfait exemple, croyez vous vraiment en cas d’élections libres, que les extrêmes auront une chance d’accéder au pouvoir ?

MM : Non, je crois que les Tunisiens étonneront par leur maturité. Les gens chez nous ont les défauts qu’ils sont les premiers à se reprocher. Mais ils ont beaucoup de qualités qu’ils méconnaissent et sous-estiment. Les Tunisiens sont intelligents, éduqués, modérés, peu enclins à l’extrémisme et à la violence. Ces qualités qui en ont fait une proie facile pour la dictature sont ceux-là mêmes qui en feront un peuple capable de faire fonctionner un Etat et une société démocratique.

16- La constitution tunisienne dans ses fondements, elle qui n’a jamais été appliquée depuis l’indépendance, ni dans l’esprit ni dans la lettre, pensez vous qu’un pouvoir démocratique issu d’élections libres aura la tâche de la réformer, pour mettre à jour certains sujet sensibles, comme les droits de la femme, l’arabisation, la religion etc… ?

MM : Nous n’avons pas de constitution, mais un texte que le dictateur modifie à sa guise en permanence. La tâche première d’un nouveau pouvoir c’est de faire rédiger un projet de constitution qui sera soumise à un vrai débat, à un vrai réferundum et qui sera notre loi commune, et à laquelle personne ne touchera sauf selon des règles très sévères et sous la protection d’un vrai tribunal constitutionnel.

17 - Comment expliquez vous le manque d’engagement incroyable des tunisiens dans les partis de l’opposition démocratique , le parti unique ou ceux des partis --collaborationnistes , et encore moins dans les organisations non gouvernementales(ONG) de la société civile , qui dans l’histoire des peuples ont toujours té un contre-pouvoir des plus efficaces ?

MM : Les gens sont méfiants et ils ont raison, mais il ne faut pas que cela devienne une esthétique. Rien ne peut être fait sans l’action collective.

18- Quelle la stratégie globale qui doit se mettre en place d’après vous, pour démocratiser efficacement la Tunisie, et surtout avec quels partenaires ?

MM : Vaste question à laquelle je répondrais brièvement : le front de résistance démocratique avec tous ceux qui ne veulent rien de ce pouvoir et ne lui demandent rien sauf son départ.

19 - Puisque qu'il est indispensable d'avoir un leader pour espérer quitter l'état de stagnation actuel de l'opposition et susciter une importante réaction en faveur du changement, pourquoi les personnalités en vue ne parviennent-elles pas à dépasser leurs égoïsmes personnels pour choisir au nom de l'intérêt général l'une d'entre elles comme leader ?

MM : Pardonnez moi si je vous dis que cette question est aussi pertinente que de se demander pourquoi les gens ne sont pas bons les uns avec les autres, pourquoi les riches ne donnent pas aux pauvres. La question ignore la nature de l’homme et spécialement de l’homme politique. Ne soyons pas naïfs, en Tunisie comme partout ailleurs et en tout temps, la compétition est et restera féroce sur cette question du leadership. Encore faut-il bien nous entendre sur la nature de ce leader. Si les Tunisiens rêvent d’un nouveau dictateur, d’un libérateur, d’un homme providentiel, cela signifiera qu’ils n’ont rien appris de l’histoire et de la leur en particulier. S’il s’agit d’un rassembleur mais sur des valeurs et des choix tranchés, qui sait partir une fois sa fonction terminée , comme Mandela …..alors là il y a maturation et espoir pour le futur. Les candidats auto- proclamés sont légion. Le suffrage universel d’un peuple enfin libre les départagera. Mais Pendant la période de la résistance démocratique, c’est à vous la jeunesse de désigner un tel leader et à lui de mériter votre appui et votre confiance.

Afin de ne pas éluder la question de ma personne, sachez que je me suis fixé depuis ma candidature symbolique en 1994 dont l’objectif (atteint) était de briser le tabou du candidat unique, deux règles de conduite.

- Je ne me présenterais plus à des élections présidentielles sous une dictature, même pour la dénoncer, surtout pas pour faire parler de moi l’espace d’une campagne .Mais le jour où notre peuple sera enfin libre du choix de ses leaders, je me présenterais,comme n’importe quel citoyen ,non sur un passé de militant mais sur un projet d’avenir sur lequel je réfléchis depuis des années .

- En attendant, Je continuerais à lutter de toutes mes forces pour la deuxième indépendance et à rassembler ceux qui acceptent un programme de rupture et de résistance active pour débarrasser le pays de la dictature tout en travaillant en toute honnêteté avec ceux qui partagent mes idéaux mais pas mes idées.



                                                     ***

*Al Istiqlal  Athani est disponible ainsi que tous les ouvrages de MM sur son site

www.moncefmarzouki.net

Posté par hurria à 12:29 - Commentaires [1] - Permalien [#]

Le Boycott actif, oui mais comment le rentabiliser pour hâter l’instauration de la République?

Le Boycott actif, oui         mais comment le rentabiliser pour hâter l’instauration de la République?        

Par           Moncef Marzouki

       

        En 1989, nul n’eût l’idée de         se présenter contre Ben Ali, tant il était espéré que l’homme serait le         président de tous les Tunisiens et que les élections législatives         respecteraient la volonté du peuple et donneraient enfin  à la Tunisie         un parlement pluraliste. On sait ce qui  s’est passé.

       

        En 1994, je me suis présenté         contre cet homme dont la dérive autoritaire n’était plus à démontrer. On         se souvient que deux autres Tunisiens  avaient fait la même chose et que         comme moi, ils finirent derrière les barreaux. L’acte hautement         symbolique n’en était pas moins fort : l’affirmation  d’une citoyenneté         nouvelle par  la réclamation de la fin de la monarchie déguisée  et  de         vraies élections républicaines.

       

        ‘’L’élection’’ du dictateur         avec l’inénarrable 99% cachait l’impact de cette ‘’ folie’’ de trois         citoyens mis au frais à la prison du 9 avril. Ce n’est pas par hasard,         mais bien à cause de ces candidatures, que le dictateur, expert en faux         et usage de faux,  a été obligé d’affiner son jeu en passant de la phase de la candidature unique à celle de  la fausse pluralité à partir de 1999.

       

        Nous         sommes aujourd’hui dans cette phase,         transitoire, de l’histoire politique dans notre pays.

       

        Il faut faire  ici un         parallèle avec le processus  d’acquisition de la liberté d’expression et         la liberté d’association.

       

        Beaucoup de Tunisiens ne         réalisent pas que  nous avons déjà fait la moitié du chemin vers la         démocratie. Le combat de la société civile a arraché aux deux rois         roturiers qui se sont arrogés l’Etat, bataille après bataille, des         espaces de liberté de plus en plus importants. Regardez le nombre de         partis, associations et autres comités qui fonctionnent  en toute         ‘’illégalité’’

       

        Tout le combat consiste à         mener le plus vite possible le  processus à sa troisième et dernière         phase : celle des vraies candidatures plurielles dans de vraies         élections.

       

        Voici pourquoi,         toute participation aux prochaines ‘’élections présidentielles et         législatives‘’ serait du pain béni pour le         dictateur, car sans elle, il ne peut donner  le change.         Elle légitimerait le faux et usage de faux.         Elle collaborerait au maintien du statut-quo. Elle retarderait les         bonnes échéances.

       

        En fait, rien de plus         frustrant que d’aligner de tels arguments tant ils sont évidents. Mais         nous avons à faire, soit à des agents stipendiés de la dictature         (Ettajdid et compagnie), soit à des opposants         honnêtes mais décidés à jouer les  sourds par volonté. Rappelez- vous         que ce sont les pire. Aussi ne sert-il à rien de         leur dire qu’on ne joue pas un match truqué d’avance , qu’on ne fait pas         confiance impunément  à un faussaire structuré et structurel comme Ben         Ali , que leurs arguments fallacieux sur une participation protestataire         qui fait avancer les choses n’a fait que faire du sur-place à la         Tunisie, que participer c’est s’inscrire dans une  véritable  insulte          à  l’intelligence des citoyens, la  confiscation         persistante de la souveraineté populaire, la manipulation frauduleuse         des mécanismes de la démocratie etc.

       

        Mais la principale         difficulté ne tient pas à une classe politique qui s’est toujours         montrée au-dessous de tout, par refus de la clarté et de la         responsabilité. Elle tient à la population, et pas pour la raison qu’on         croit.

       

        Appeler les Tunisiens à         boycotter la mascarade d’octobre, c’est enfoncer une porte ouverte .Nos         compatriotes n’étant pas les imbéciles que croient être les faussaires         de Carthage, cela fait belle lurette qu’ils ignorent superbement le          cirque que le dictateur organise tous les cinq ans, pour s’auto-         légitimer.On sait que le ‘’Réferundum’’ de 2002 par lequel il s’est         offert la présidence à vie et l’infaillibilité pontificale, n’a ameuté         que 17% du corps électoral, tous mobilisés à la hâte et sous le chantage         par les sbires du parti ‘’inique’’...         ou ce qu’il en reste.

       

        Mais ce rejet est passif,         fait d’évitement, de silence méprisant et goguenard ne permet pas         d’avancer.          Le dictateur reçoit la gifle mais n’en a cure puisque ce         rejet ne va pas jusqu’à son terme qui est de chasser le roi roturier de         son trône en carton-pâte.

       

        Le         problème aujourd’hui  est de savoir comment transformer un boycott         passif qui fait traîner la phase transitoire en un boycott actif qui         hâte l’avènement de la troisième phase du processus démocratique, dont         l’instauration de          la République n’est que l’une des          réalisations?

       

        Comment bougent les peuples         soumis un temps par leurs occupants internes?

       

        Par la conjonction de trois         facteurs:

       

        1- L’effet raz –le –bol  et         le bol des tunisiens est plus qu’à raz.

       

        2- Les circonstances et         elles  n’ont jamais été aussi favorables. Rappelons  que la mascarade         d’octobre aura lieu à une phase de l’histoire où toutes les dictatures         arabes sont des ruines institutionnelles, morales et politiques. Seuls         des protecteurs étrangers aux politiques cyniques et à court vue parient         encore sur de telles ruines. Tant pis pour eux, ils en seront pour leur         frais!

       

        3- l’existence d’une         direction politique crédible capable de fixer des objectifs et  donner         des mots d’ordre  forts et clairs à la population avec un  porte-parole         dans lequel la population puisse  identifier un symbole et concrétiser         un espoir.

       

        Tout a été fait, tant par         le pouvoir que par une opposition irresponsable,  pour empêcher  la         réalisation de cette condition fondamentale de tout changement.         De la part du pouvoir et ses sbires c’est de bonne         guerre. Mais de la part des oppositions?

       

        Il faut donc aux hommes et         femmes de bonne volonté trouver une solution rapide à ce problème car         sacrifier l’intérêt du pays aux jalousies et mesquineries n’est pas         digne d’histoires individuelles souvent très honorables, et surtout         n’est pas digne du pays au vu de ce qu’il subit.

       

        Rappelons nous que nous         affronterons le 24 octobre un régime déconsidéré, effrayé, à qui la         société civile à déjà arraché la liberté d’expression, liberté         d’association. Nous devons donc aller à la bataille avec la mentalité de         ceux qui se battent pour faire aboutir des processus inéluctables et         très largement avancés.

       

        La         question est comment conduire cette bataille pour qu’elle soit une étape         importante dans la liquidation de la ‘’Joumloukia‘’ mise en place par         Bourguiba et son tombeur. Comment faire pour que le boycott ne soit pas         un coup d’épée dans l’eau?

       

        Comment créer à partir de         cette désolation nationale faite de dévalorisation de soi et des autres,         un sursaut national? Je vous pose mes questions espérant  des réponses         qui m’aideraient à choisir la meilleure stratégie. Je vous annoncerai         mes choix définitifs la veille de mon embarquement pour Tunis  le 28         septembre prochain.

       
       

25 Juillet         2004

Posté par hurria à 12:32 - Commentaires [0] - Permalien [#]